Skip links

Contenu Principal

- 3 février 2017 -
C'est dans ce monde que nous avons rendez-vous...

Première Nuit de la Poésie – Crest – vendredi 3 février 2017

Le monde – notre monde – tel qu'il va, tel qu'il pense, tel qu'il fabrique des images, voudrait que nous apparaissions groupés, en équipe au travail, à deux au moins dans la vie, pas en collectif : en groupe. Comme si, dans un ensemble, la folie des uns était contenue par la folie des autres, qu'une petite « écologie de groupe » permettait d'endiguer les désirs et de niveler les aspirations.

Les dissidences sont multiples. Il y a d'étranges, de belles solitudes, des collectifs hétérogènes qui cherchent, il y a d'autres tentatives, partout, tout le temps. La Nuit de la Poésie en est une. Laisser passage à des singularités, à leur tranchant, à leurs angles, à leurs ombres, et traverser un bout de la nuit avec elles, de lieu en lieu.

Laisser passage à des singularités, cela veut dire peut-être, former ce collectif de spectatrices et spectateurs, pour que quelque chose, la vie, la rencontre, le froid des murs et du ciel, la poésie, l'émotion, puisse se partager. Un collectif est une clairière.

Nous sommes 8 poétesses et poètes, venu.e.s de Marseille, Lyon, Nantes, Montpellier, Chamoux-sur-Gelon, de la Drôme aussi. Chacune et chacun incarnant un des visages de la poésie. Il n'y a aucun thème, aucune ligne fixée. La seule ligne qui existera sera celle – changeante, cassée, courbe et pleine d’alcôves – de notre parcours, d'un endroit à un autre, d'une maison à une autre, dans les rues de Crest.

C'est une première édition, c'est donc un pari. C'est excitant. Nous vous attendons nombreuses et nombreux pour partager avec nous cette nuit, marcher ensemble, que notre rumeur se répande, que la poésie s'immisce dans nos ruelles, qu'elle bouscule nos trajectoires quotidiennes.

Stéphanie Quérité, Samaël Steiner et Marion Blangenois